3 bénévoles de JALMALV-Rouen au Congrès de Lorient


Compte-Rendu du 30ème Congrès de JALMALV, à Lorient.

Le Congrès s’est déroulé au Palais des Congrès de Lorient, les 29, 30 et 31 mars, en quatre demi-journées.

Vendredi 29 mars

Les quelques 300 participants ont été accueillis par Monsieur Bernard Soudais, président de JALMALV Morbihan, qui a rappelé les buts et la mission de JALMALV. Il a souligné la participation financière élevée du département consacrée à l’aide aux personnes âgées et aux aidants. Les maires de Lorient et de Lanester, très concernés par ces questions, ont ensuite pris successivement la parole et clos l’accueil.

La pause dinatoire a été suivie par une soirée « grand public ».

Celui-ci est ouvert par le Docteur Régis Aubry, médecin SP CHRU Besançon, membre du Comité consultatif national d’éthique. Il montre que le regroupement des personnes âgées, le plus souvent malgré elles, n’est pas une solution et n’arrange rien. Pour les sécuriser, on les prive de liberté. C’est la France qui compte le plus de suicides de personnes âgées en Europe. La commission pense qu’il est important de repenser l’EHPAD, mieux former et rétribuer les professionnels de santé, et trouver d’autres formes de solidarités, dans lesquelles le bénévolat a sa place.

Madame Viennet, psychologue et psychanalyste, s’interroge sur les aidants, qui risquent de devoir refouler leur affect par rapport à leur proche, en endossant le statut d’aidant. Bien qu’ayant peur de mal faire, ils ont du mal à passer le relais. Néanmoins, ils sont souvent au bord de l’épuisement et peuvent voir diminuer leur espérance de vie.

Pour Monsieur Eric Fiat, professeur agrégé de philosophie et d’éthique médicale à l’Université de Paris Est, le vieillissement fait partie de la logique métamorphique de la vie, et une vie qui ne s’arrêterait pas est la définition de l’enfer. Bien vieillir, ce n’est pas éluder le vieillissement. Mais il faut vieillir en roseau et non en chêne, assumer le vieillissement avec quelqu’un qui vous regarde avec amour et non avec dévouement.


Samedi 30 mars

Le Congrès s’ouvre sur une séance plénière. Panorama international et agitation d’idées autour du thème du vieillissement et du « vieillir bien », et des perspectives pour JALMALV.

Monsieur J-M. Caudron, 41 ans d’actions gérontologiques de terrain, note que dans les mesures prises par la C.N.E. , on trouve les recommandations suivantes :

- favoriser le maintien à domicile

- améliorer la prise en charge en EHPAD

- augmenter les postes en EHPAD

Il faut porter un autre regard sur la vieillesse par l’intermédiaire de l’éducation. Le Morbihan, et les Petits Frères des Pauvres tentent actuellement dans les communes rurales une expérience de mise en lien, par territoire, entre des personnes âgées signalées par leur famille ou par l’administration, avec des « voisineurs ». Il peut aussi y avoir une coordination entre les associations de bénévoles et les structures administratives locales, comme à Grenoble.

Après la pause, la séance plénière reprend.

Le docteur Philippe Danion, médecin généraliste, co-créateur du réseau gérontologique d’un canton morbihannais et administrateur de la Plate-Forme territoriale d’Appui à la coordination, regrette que le réseau, qui pouvait permettre aux personnes âgées de garder un lien social, ait dû être abandonné, faute de moyens.

Mme Elisabeth Gauthier, accompagnatrice de réseau médico-culturel depuis environ 10 ans, explique que ce réseau a pour objectif de faciliter le lien social, avec un service adapté. Ceci permet à la personne âgée de rester chez elle et de garder l’estime de soi.

Trois autres intervenants, Mr Dominique Le Guider, Mmes Marie-Noëlle Maréchal et Françoise Bosquet, travaillent en EHPAD. La collaboration avec JALMALV, en particulier, permet un mieux vivre ensemble.

L’après-midi commence avec l’intervention du Professeur Dominique Somme, professeur gériatre à la faculté de médecine de Rennes 1, chercheur en santé publique, et chef de gériatrie au CHU de Rennes.

Il pose la question : « Vieillir, est-ce si horrible ? ». C’est ce que disent les stéréotypes. Mais en fait, seuls parmi les primates, les humains survivent à la procréation. Ils s’en tirent donc plutôt bien. Il existe donc deux visions antagonistes : ou bien la santé est liée à l’absence de maladie, et on passe sa vie à lutter contre le vieillissement, ou bien elle est liée à la notion de bien-être et de plaisir. On peut alors concevoir une société multi-générationnelle et prendre du plaisir à vieillir.

Le docteur Marie-Thérèse Le Blanc-Briot, administratrice à la Fédération JALMALV, médecin gériatre en EHPAD et unités de soins longue durée Château Gontier, conclut que « vieillir n’est pas si horrible ». Les dépendants ne constituent qu’environ 10% des personnes âgées de plus de 75 ans.

Une dernière séance plénière avant la 1ère partie de l’Assemblée Générale de la Fédération, rassemble les interventions de membres de JALMALV, comme Mmes Laurence Mitaine et Isabelle Bréchet qui montrent que notre mission de solidarité auprès des plus fragiles est de faire vivre une présence pour permettre de sortir d’un enfermement, en institution, comme au domicile.

Pour les deux derniers intervenants, Mme Marion Villez, membre du comité d’experts du programme Personnes âgées de la Fondation de France, et Mr Edouard Carrion, réalisateur du film « Un jour tu vieilliras… », il est important pour les vivants de re-ritualiser la mort et d’en lever le tabou.


Dimanche 31 mars, dernière séance plénière

Olivier de Margerie, président de la Fédération JALMALV, et les administrateurs , font la synthèse des travaux de ce 30ème Congrès et posent des projets pour nos associations , sous forme de réponses à des questions essentielles :

Comment nos associations peuvent-elles militer pour une reconnaissance sociale de nos aînés vieillissants, s’opposer à l’indignité qui leur est faite ?

Comment les associations peuvent-elles accompagner mieux et plus de personnes âgées ?

Parce que nous avons le luxe d’être avec elles et qu’elles nous donnent en retour d’exister avec elles, nous avons la légitimité d’être pour les personnes âgées une voix qui défend les conditions de leur vieillesse et les protègera.

2ème partie de l’assemblée générale de la fédération.

0 vue