2ème Journée régionale normande de Soins Palliatifs


Sept bénévoles de JALMALV-Rouen participaient à la 2ème Journée Régionale Normande des Soins Palliatifs, organisée par la CNSP (Coordination Normande de Soins Palliatifs) le jeudi 14 novembre à l’INSA de Saint Étienne-du-Rouvray.

Le thème de cette journée était : « Entre Transhumanisme et Euthanasie, quels enjeux pour les Soins Palliatifs ? »

Après un accueil chaleureux le Dr Marie LEPOUPET - Présidente de la CNSP – évoque l’importance des rencontres, échanges et projets innovants pour une bonne coordination des SP, et de la priorité de relayer les difficultés à l’ARS (Agence Régionale de Santé).

· Le premier intervenant, l’anthropologue Éric Minnaert, nous interroge : « Vers quelle perception de la mort allons-nous ? »

Dans la société occidentale moderne la mort est devenue tabou ; la vieillesse et la fin de vie sont « un problème encombrant ». La tentation de l’amélioration des capacités physiques et mentales (transhumanisme) est grande… L’Homme passe au second plan par rapport à la technique.

Monsieur Minnaert nous explique comment sont perçues la fin de vie et la mort dans les sociétés primitives.

· « La prise en charge palliative peut-elle donner un sens par rapport à l’euthanasie ? »

Lucille SAILLARD, infirmière ASALEE (Action de Santé Libérale en Équipe), nous explique qu’il est primordial de faire un repérage précoce et pour cela une coopération médecins généralistes/infirmières est indispensable afin d’optimiser le parcours de soins. Les besoins sont grandissants à cause du vieillissement de la population.

Laëtitia EUGENE, infirmière, et Marine CAILLEUX, psychologue au CHU de Rouen, nous exposent des cas de demande de mort ou de sédation chez des patients atteints de SLA (Sclérose Latérale Amyotrophique, plus communément appelée Maladie de Charcot). Diagnostics tardifs, angoisses, perte de la communication et de l’autonomie, espérance de vie de 3 ans en moyenne, désespoir…

Le Dr Laëtitia MELLET, praticien hospitalier au CHU de Rouen, souligne les divergences rencontrées au quotidien entre les familles et/ou accompagnants d’un enfant polyhandicapé et les équipes soignantes. Questionnements sur la néonatalité… Désir de mort et pulsion de vie.

Le Pr Pierre-Yves LITZLER, professeur de chirurgie cardiaque au CHU de Rouen, nous montre que la technologie cardiaque au service de l’humain touche du doigt les questions de « transhumanisme » et « d’euthanasie ». Est-ce qu’une implantation d’un cœur artificiel est une augmentation des capacités du malade ? Est-ce que le débranchement de la batterie du cœur artificiel, par le malade lui-même ou par le médecin, est un « suicide assisté » ou une « euthanasie » ?

· « Mourir demain ? Pratiques virtuelles d’accompagnement des personnes en fin de vie réelle »

Cyrille LEJAMTEL, docteur en psychologie, nous montre au travers d’une projection les pratiques traditionnelles revues par le numérique. Se pose la question de la séparation d’avec les défunts : sont-ils partis ? Sont-ils toujours là ? La mort effacée, occultée, traitée comme un jeu vidéo ??

Frédéric WORMS, philosophe, membre du comité consultatif national d’éthique, nous parle de la dimension relationnelle de la mort. L’attachement est vital. Nous voulons éviter la mort de l’autre. « La vie est l’ensemble des fonctions qui résistent à la mort » F-X. Bichat (médecin du XVIIIème siècle).

Synthèse et conclusion par le Dr Clémence Joly, praticien hospitalier à Pont-Audemer :

- L’Homme est fragile - Complexité des limites, décisions, questionnements… - Recréer du collectif autour de la mort - Plus la technique progresse plus l’humain éprouve le besoin d’être « augmenté » (fantasme de toute-puissance).

25 vues